À la découverte du Saint-Laurent

Précédente Remonter Suivante

À la découverte du Saint-Laurent,
véritable richesse patrimoniale
par Jacqueline Romano-Toramanian

Le 13 février 2014, j'ai eu le bonheur d'animer un atelier sur le fleuve Saint-Laurent, auprès de mes collègues du Comité régional de l'environnement de la région de Montréal. J’ai été fascinée par la richesse de ce majestueux fleuve aux grandes eaux, Magtogoek, comme le nommaient les Algonquins.

Pourquoi Saint-Laurent? Simplement parce que le 10 août 1535, jour de la Saint-Laurent, Jacques-Cartier se trouvant à une anse située près du site actuel de Havre-Saint-Pierre, le baptise ainsi. En 1613, Samuel de Champlain étend ce nom à l'ensemble du cours d'eau composé de trois parties distinctes: le tronçon fluvial (de Kingston, en Ontario jusqu'au lac Saint-Pierre), l'estuaire (du lac Saint-Pierre à la pointe ouest de l'île d'Anticosti) et enfin le golfe du Saint-Laurent, extension de l'océan Atlantique.

Un fleuve qu'on ne se lasse pas de découvrir tant pour sa beauté et sa grandeur que pour son potentiel sur le plan écologique, économique, social et culturel. Il constitue avec les Grands Lacs un écosystème extraordinaire qui a façonné le Québec d'aujourd'hui.

Véritable source d'eau potable, de nourriture, d'hydroélectricité, il est un gagne-pain pour ceux qui travaillent dans les transports maritimes, la pêche et le tourisme. De nombreux chansonniers, cinéastes, peintres, photographes, romanciers en ont fait leur source d'inspiration! Que l'on pense à la chanson de Robert Charlebois : Saint-Laurent, ou à ce film de Frédéric Back : Le fleuve aux grandes eaux.

Depuis 2001, le lac Saint-Pierre a été intégré par l'UNESCO au Réseau mondial des réserves de la biosphère à cause de la richesse de sa biodiversité. On dit qu'en plus de limiter les inondations, ses marais oxygènent et épurent l'eau et sont les poumons et les reins du fleuve!

La voie maritime du Saint-Laurent, inaugurée en 1959, est un long corridor de 300 km, composé d'un système d'écluses, de chenaux et de canaux qui va de Montréal au lac Érié, en passant par le lac Ontario. Elle a été reconnue comme “un des chefs d'œuvre du génie canadien” et a complètement transformé le transport maritime au Canada, puisqu'elle permet de naviguer depuis l'intérieur du pays jusqu'aux principaux ports des États-Unis, de l'Europe, du Moyen-Orient et de l'Afrique.

Le réseau Grands Lacs/Voie maritime du Saint-Laurent, compose un corridor maritime qui s'étend entre le Canada et les États-Unis. C’est la voie navigable en eaux intérieures la plus large du monde. C'est un réseau qui permet aux bateaux de pénétrer l'intérieur du pays sur une distance de 3 700 km, depuis l'océan Atlantique jusqu'à la pointe ouest du lac Supérieur. Le système d'écluses fait monter l'eau de 6 m dans la section Lachine, à 183 m au-dessus du niveau de la mer pour le lac Supérieur, soit la hauteur d'un immeuble de 60 étages.

Lors de cette rencontre, nous avons travaillé à partir de la trousse : Mon Fleuve et moi, un rendez-vous pour le Saint-Laurent. Et terminons sur une bonne nouvelle : la plage de l'Anse au Foulon tellement fréquentée jusqu'en 1929, et ensuite interdite à la baignade pour cause de pollution, sera à nouveau accessible en 2015!

[avril  2014]