Quel avenir pour les femmes?

Précédente Remonter Suivante

Quel avenir pour les femmes?1
par Alexa Conradi, présidente,
Fédération des femmes du Québec

Alors qu’on souligne la Journée internationale des femmes, le mouvement féministe entre dans une phase de réflexion sur la situation des femmes aujourd’hui. À l’appel de la Fédération des femmes du Québec, des féministes de tous horizons se rassemblent pour réfléchir sur l’histoire du mouvement et sur son avenir. Il s’agit des États généraux de l’analyse et de l’action féministes, sous le thème « Le féminisme dans tous ses états » qui culmineront par la tenue d’un grand forum à l’automne 2013.

Mythe de l’égalité acquise

Le maintien du mythe que l’égalité est acquise nous rend parfois aveugles à nos propres contradictions. Actuellement, les gouvernements s’apprêtent à appauvrir les femmes avec leurs réformes au système de retraite. Aucune analyse du parcours différent des femmes et des hommes sur le marché du travail ne semble être faite. Pas grave, l’égalité est atteinte, n’est-ce pas? Or, les jeunes femmes aujourd’hui seront plus pauvres que les hommes à la retraite parce qu’elles accumulent moins. Pourquoi? Elles gagnent moins, elles font des pauses pour effectuer du travail gratuit pour la famille et en vivant plus longtemps, elles doivent étirer ce qu’elles ont sur une période plus longue. (…)

De plus, devant le mythe, on devient un peu moins vigilant. Or les gains sont fragiles. Au fédéral, le gouvernement conservateur y est allé très vite en peu de temps. Fermeture de bureaux de Condition féminine Canada, annulation du programme pancanadien des services de garde, obligation de négocier individuellement le droit à l’équité salariale pour les travailleuses sous juridiction fédérale, abolition du registre des armes à feu,  apparition de projets de loi visant la recriminalisation de l’avortement, fin  de l’aide internationale pour les services d’avortement dans les pays du Sud, fin du financement de la défense collective des droits des femmes, adoption d’une approche guerrière en relations internationales et d’un financement accru de la défense, refus de tenir une commission d’enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées, imposition d’un statut « conditionnel » aux immigrants reçus dangereux pour les femmes victimes de violence conjugale, fin de la collecte d’information sur le travail gratuit des femmes dans le cadre du recensement. (…)

__________
1Extrait d’un communiqué de presse de la FFQ.

[avril 2012]